Lancement de l’E-85, un carburant avec 85% de bio-éthanol et 15% d’essence

CHALONS-EN-CHAMPAGNE (AFP) – Le ministre délégué à l’Industrie François Loos a donné jeudi dans la Marne le feu vert à la première utilisation expérimentale en France d’un nouveau carburant d’origine agricole, le bio-éthanol E-85, constitué de 85% d’éthanol et 15% d’essence.

L’E-85 « permettra de consommer dans un plein 85% d’éthanol, c’est-à-dire 85% de bio-carburant. Cela permettra d’économiser des gaz à effet de serre », a déclaré M. Loos lors de son intervention à Châlons-en-Champagne, site pilote de l’expérience nationale.

« Cette nouvelle étape nécessitera le déploiement de pompes spéciales dans les stations-service », a-t-il ajouté. Les constructeurs devront également adapter leurs moteurs à ce carburant plus corrosif.

« Nous aurons toujours besoin de pétrole. Mais nous en réduisons la quantité, le coût et l’émission de gaz à effet de serre », a déclaré le ministre.

A sa descente d’avion en provenance de Paris, M. Loos s’est installé au volant de l’une des sept premières voitures qui utiliseront l’E-85.

Cette flotte « flex fuel » (dont le moteur permet le mélange essence/biocarburant) sera utilisée à titre expérimental pendant un an par le conseil général de la Marne.

Pour les photographes, M. Loos a fait un plein d’E-85 en marquant un arrêt à une pompe qui affichait le prix symbolique de 1 euro pour un litre.

Les éthanols sont issus de la betterave à sucre, du blé, du maïs ou de la canne à sucre. Avant l’E-85, l’éthanol s’incorporait jusqu’à présent à hauteur de 5% dans le super sans plomb, une pratique courante, notamment au Brésil.